LES TROUBLES DE LA CIRCULATION

juin 7, 2019 2:26

La circulation générale

  • Artères et veines : réseau de 100 000 km, 2 fois et demi le tour de la terre
  • Le sang s’enrichit en oxygène en passant par les poumons, descend dans le cœur et les organes par les artères
  • il arrive aux minuscules vaisseaux sanguins qui parcourent notre corps : les capillaires, qui fournissent l’oxygène aux cellules.
  • Il s’enrichit en CO2, (issu de la transformation du glucose en énergie par les cellules), puis il remonte par les veines vers les poumons pour l’évacuer.

 

Le retour veineux

Pour descendre, le sang est aidé par les pulsations du cœur, et la gravité.

Quand il est arrivé jusqu’aux pieds, comment remonte-t-il ?

  • Plantes des pieds, et muscles des mollets (et cuisses) servent de pompe. Quand on appuie sur la plante des pieds, le sang remonte vers les mollets. Les muscles des mollets se contractent et appuient sur les veines.
  • A l’intérieur des veines, un système de valvules laisse passer le sang vers le haut, et empêche le sang de redescendre. Ce sont des petits clapets qui ne s’ouvrent que vers le haut à chaque fois que les muscles des jambes se contractent.
  • Lors de l’inspire, le diaphragme descend, la pression dans la cavité thoracique baisse, celle de la cavité abdominale augmente. La différence de pression fait passer le sang de la cavité abdominale vers le thorax, le coeur, les poumons. C’est la dernière pompe du retour veineux.

 

Pourquoi le retour veineux se fait-il mal ?

Si la veine est trop dilatée, les clapets des valvules ne peuvent plus se refermer.

Soit :

  • Parce qu’il fait trop chaud, que ce soit au soleil, dans un sauna, un intérieur à plus de 18°C, ou sous une couette épaisse, la chaleur dilate les veines.
  • Parce que l’on reste debout trop longtemps : cela crée une hyperpression dans les veines, qui se dilatent.
  • Parce que le tissu des veines est endommagé et se contracte mal. La première cause est l’inflammation. Elle a de multiples sources que nous détaillerons plus loin.

Quand le sang circule mal des jambes vers le cœur, l’hyperpression fait enfler les veines et les capillaires, ces derniers deviennent perméables et laisse sortir du liquide qui s’infiltre dans les tissus : c’est l’œdème, qui commence aux chevilles et peut monter jusqu’à la cuisse. Quand le phénomène est chronique, les veines dilatées deviennent des varices, les capillaires des varicosités.

 

La circulation lymphatique

  • C’est un système d’épuration du corps relié à la circulation sanguine, mais circulant bcp + lentement !
  • La lymphe est identique au sang sauf qu’elle ne contient ni globules rouges ni plaquettes, mais des globules blancs, qui nous défendent contre les intrus.
  • Le système lymphatique contient des ganglions, dans lesquels se concentrent les globules blancs qui détruisent déchets et intrus.
  • Elle est constituée comme le réseau sanguin de gros vaisseaux et de fins capillaires qui vont récupérer les déchets qui entourent les cellules. Un terrain surchargé en déchets ralentit la circulation de la lymphe.
  • La lymphe finit par rejoindre la circulation sanguine mais elle ne profite pas de ses systèmes de pompe.
  • Son réseau est équipé aussi de valvules.
  • Seul le mouvement qui contracte les muscles active sa circulation périphérique ( + drainage lymphatique).

Quand la lymphe circule mal, la perméabilité de ses capillaires augmente. Cela provoque un œdème.

Quand les déchets des tissus sont mal évacués, à cause d’une mauvaise circulation veineuse et lymphatique, et que les tissus sont mal nourris, des problèmes de peau peuvent apparaître. Une décoloration de la peau en petites taches blanches, ou une coloration en ocre : la dermite ocre. La peau peut aussi démanger : c’est « l’eczéma veineux ». L’inflammation peut aussi provoquer des sensations de brûlures.

 

Jambes lourdes, oedèmes, varices, cellulite : causes

  • Sédentarité, rester assis pendant des heures, pire jambes croisées, ou position debout : plante des pieds et mollets ne peuvent plus jouer leur rôle de pompe.
  • Cigarette : la nicotine resserre les petits vaisseaux artériels, ce qui accroît la pression. De plus, les toxiques provoquent de l’inflammation qui endommagent le tissu des veines et les valvules.
  • Alcool : à plus de 2 verres de vin par jour, les veines se dilatent, le sang restent dans le bas du corps.
  • Surpoids : excès de pression sur les membres inférieurs qui empêche le retour veineux. Mais aussi manque de fluidité su sang.
  • Une mauvaise respiration : manque d’amplitude, respiration thoracique, rapide. Test
  • L’exposition à la chaleur : attention aux logements surchauffés.
  • La constipation : une selle dure irrite les muqueuses et provoque de l’inflammation dans l’intestin qui se répercute dans les veines. Veiller à boire suffisamment, à consommer assez de fibres, à marcher tous les jours 30 mn minimum, à se complémenter en magnésium. Voir la conférence : Se réconcilier avec son ventre.
  • Les vêtements trop serrés, les talons hauts ou trop plats.
  • Alimentation inflammatoire : excès de viande, charcuterie, laitages dont fromages, yaourts, œufs, carence en végétaux frais (et donc en antioxydants), caféine (augmente la sécrétion d’histamine dans l’estomac et l’inflammation à bas bruit), poivre (irrite parois digestives et veines), excès de sucre (empêche les phénomènes anti-inflammatoires naturels du corps).
  • Diabète : à cause du terrain inflammatoire généré par l’excès de sucre.
  • La génétique Il faudra donc être assidu dans les mesures prophylactiques.
  • Le fait d’être une femme prédispose aux troubles veineux à cause des oestrogènes qui augmentent la perméabilité des capillaires.
  • La pilule est donc en cause aussi, ainsi que les traitements oestroprogestatifs.
  • Manger trop salé, être en déficit de magnésium : empêche le bon fonctionnement de la balance sodium/potassium, l’eau est attirée par le sel, s’accumule dans le corps. Si le magnésium baisse, ainsi que les vitamines C et E, les plaquettes s’accumulent et peuvent former un caillot qui peut se bloquer dans la jambe : phlébite, ou migrer vers les poumons : embolie pulmonaire.
  • NB : l’excès d’oestrogènes fait baisser le magnésium. Voir la conférence Santé de la femme.
  • La déshydratation : effet direct sur la circulation, même quand les jambes gonflent, il faut boire suffisamment.

 

Cas particulier de la cellulite

  • Pour ce qui concerne la culotte de cheval, ou « surcharge gynoïde », la principale cause est hormonale et génétique. On pourra vérifier l’hyperostrogénie.
  • Mais les autres facteurs restent les mêmes que pour toute insuffisance veino-lymphatique : sédentarité, pilule, tabac, alcool, vêtements serrés, alimentation inflammatoire, pauvre en antioxydants… et tout ce qui génère de l’inflammation, stress compris.

 

Les solutions naturelles

  1. Les mouvements pour activer les pompes du retour veineux

-Marcher !  Faire les petits trajets à pied, descendre des transports en commun une station avant la fin de son trajet pour marche, monter les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur. Et si l’on n’a pas besoin de bouger de chez soi, sortir marcher 30 mn dans la journée.

-Toutes les heures, quitter la position assise pour se dégourdir les jambes.

-Lorsque l’on est assis, régulièrement, monter les talons pour contracter les mollets.

-Ne jamais croiser les jambes !

-Faire de 30 secondes à 1 mn, la position de la chaise, le dos contre un mur. Plusieurs fois par jour.

-Avec un travail qui oblige à une position debout prolongée, pour limiter l’hyperpression dans le bas du corps :

  • La bonne posture est pieds écartés de la largeur des hanche, appuis équilibrés sur les bords internes et externes du pied, fléchir légèrement les genoux, remonter légèrement le bassin vers le haut, rentrer le menton, dégager les épaules, les relâcher.
  • Monter régulièrement sur la pointe des pieds.
  • Porter des bas de contention.

– Favoriser les sports qui font travailler le mollet : vélo, jogging, saut à la corde, danse, squats. Et la natation qui active la circulation lymphatique.

– Respirer profondément. A l’inspire, gonfler le ventre, à l’expire, rentrer le ventre. Pratiquer avant chaque repas la respiration complète.

– Surélever les jambes dès que possible : lire et regarder la télé les jambes allongées, surélever les pieds du lit (le matelas).

– Massage : drainage lymphatique

 

  1. L’alimentation protectrice des veines

-Limiter les aliments pro-inflammatoires, surtout la viande rouge riche en fer (pro-inflammatoire), et les aliments riches en oméga 6 : viande, charcuterie, fromages, laitages, huiles riches en oméga 6 (arachide, tournesol, soja, pépin de raisin), aliments cuits à haute température, le poivre, les épices fortes.

-Favoriser les oméga 3 : poissons gras (sardines, maquereaux, harengs) 3 fois par semaine et huile riche en oméga 3 : cameline et lin, ne pas les chauffer.

-Favoriser les aliments riches en antioxydants, anti-inflammatoires, ils réduisent la perméabilité vasculaire, l’infiltration d’eau dans les tissus : fruits et légumes colorés et bio, baies rouges (mûres, cassis, myrtilles), amandes bio avec peau, huile d’olive vierge et bio, tisanes, thé vert, herbes aromatiques, chocolat noir à 75% minimum, curcuma, gingembre. Et le sarrasin, la pomme avec la peau, les mûres, raisin, riches en rutine, protecteur des vaisseaux.

-Remplacer le café par du thé vert, de la tisane d’hibiscus, riches en antioxydants.

-Manger des aliments riches en magnésium : eaux magnésiennes, amandes, légumes secs.

Favoriser les aliments riches en vitamine C : doivent être consommés crus (la vitamine C est détruite au-delà de 50°C) : poivron, kiwi, persil, fruits frais.

-Saler modérément.

-Boire 1, 5 litre d’eau minérale chaque jour, et davantage en cas de chaleur ou d’effort physique.

-Consommer suffisamment de fibres : aliments complets, éviter les céréales raffinées (pain, pâtes, riz blancs. Attention, les pesticides se concentrant dans l’écorce, les aliments complets doivent être bio). Attention à l’excès de fibres en cas d’intestin irritable (voir conférence Se réconcilier avec son ventre).

 

  1. L’eau au service des veines

La douche écossaise pour « muscler » les tuniques veineuses. Alternance de douches chaude et fraîche le long des jambes.

Bain de pieds froid.

Thalassothérapie.

Marcher dans la mer, eau à mi-cuisse.

 

  1. Les plantes protectrices des veines
  • Fragon (= petit houx, rhizome) : diurétique, vaso-constricteur puissant, s’oppose à la distension du réseau veineux en surcharge, anti-inflammatoire, anti-oedémateux. En complément alimentaire
  • Vigne rouge (feuilles): diminution de la perméabilité des capillaires, augmentation de leur résistance = veinotonique, action anti-oedémateuse, antioxydante. En tisane, 3 tasses avec 1 CS du mélange chaque jour à distance des repas. OU en complément alimentaire.
  • Marronnier d’Inde : anti-inflammatoire, diminution de la perméabilité capillaire anti-oedémateux, augmentation du tonus veineux, vasoconstricteur. En complément alimentaire (c’est la graine, le marron qui est le plus efficace)
  • Mélilot (fleurs) : veinotonique, anti-oedémateux, diminue la perméabilité capillaire, diurétique. En tisane et complément alimentaire.
  • Prendre les plantes 5j/7 pendant 3 mois.

 

  1. Les huiles essentielles protectrices des veines

Objectifs :

  • Rafraîchir

Menthe poivrée

  • Faire circuler

La famille des monoterpènes : pin, genèvrier, citron, orange (attention ! les huiles essentielles d’agrumes sont photosensibilisantes ! pas d’exposition au soleil pendant 6 heures après l’application, taches rouges irréversibles et potentiellement cancéreuses. De plus elles sont fluidifiantes sanguines, on évite de les utiliser en même temps que les traitements anti-coagulants)

  • Veinotonique et lymphotonique

La famille des sesquiterpénols : attention, très oestrogénisants : pas en cas de syndrome prémenstruel, d’antécédent de cancer hormono-dépendant : patchouli, cèdre de Virginie, cyprès.

 

Faire un mélange avec 7% d’huiles essentielles : 3% de monoterpénols, 3% de menthe poivrée, 1% de sesquiterpénols, dans une huile végétale, idéalement une huile de macadamia, huile sèche et circulatoire. C’est à dire pour un flacon de 100 ml d’huile, 90 gouttes de menthe poivrée, 90 gouttes de monoterpènes et 30 gouttes de sesquiterpénols.

Appliquer matin et/ou soir en massage du bas des jambes vers le haut.

 

Pour une effet rafraîchissant, garder un hydrolat de menthe poivrée au frigo, vaporiser sur les jambes plusieurs fois par jour.

 

  1. Gestion du stress

Le stress sur-consomme le magnésium et génère de l’inflammation nuisible non seulement au système cardio-vasculaire mais à tous les systèmes.

  • Contact avec la nature, marche en forêt
  • Yoga, QiGong
  • Méditation, relaxation, cohérence cardiaque
  • S’accorder des pauses suffisantes tout au long de la journée pour éviter d’être en sur-régime.